Comprendre les enjeux du RGPD pour votre stratégie webmarketing

Le RGPD est loin d’être une formalité. Que vous agissiez pour le compte d’une grande ou d’une petite entreprise, vous devez vous assurer de vous conformer à ce règlement. Il garantit à l’utilisateur un usage adéquat de ses données personnelles. À partir du moment où vous stockez des données sur vos clients ou sur les visiteurs de votre site, vous devez en tenir compte. Il vous suffit d’ailleurs de suivre des principes simples pour être en règle. Apprenez-en plus sur le RGPD et les organismes visés par cette mesure européenne. Découvrez ce que vous devez intégrer dans votre stratégie webmarketing afin de ne pas être sanctionné par la CNIL !

Qu’est-ce que le RGPD ?

RGPD : définition et rôle

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) est issu de la législation européenne. Sa mise en application date du 25 mai 2018. Il a pour objectif d’encadrer l’utilisation des données personnelles collectées par les organismes publics et privés. Sa vocation est de protéger tout un chacun d’abus de la part de ces mêmes acteurs.

Le RGPD vient s’ajouter à une loi existante, la Loi française Informatique et Libertés, en vigueur depuis 1978. Il vient renforcer certains aspects de cette loi, notamment concernant la responsabilité des personnes morales ou physiques détentrices de données personnelles.

CNIL

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) veille au respect de ce règlement. Pour ce faire, elle effectue des vérifications auprès des organismes visés par cette mesure, soit en ligne soit en présence.

© qimono – Licence Pixabay

Délégué à la protection des données (DPO)

Afin de s’assurer de répondre à ces mesures, tout établissement public et toute organisation privée œuvrant à grande échelle doit avoir un délégué à la protection des données (DPO). Cette personne peut être embauchée en interne ou agir à titre de consultante externe. Elle doit avoir un bagage légal, lui permettant de comprendre les règlements et de s’y conformer. Pour réaliser son travail, le DPO devra connaître tous les rouages législatifs et communiquer régulièrement avec les instances de protection des données.

Plus précisément, son rôle est d’accompagner l’organisme et de veiller à ce qu’il respecte les obligations européennes. Pour ce faire, le DPO :

  • procède à un état des lieux du traitement des données ;
  • s’informe sur les règlements et les éventuelles évolutions ;
  • informe tous les acteurs de l’entreprise afin qu’ils agissent en toute connaissance de cause quand ils manipulent les données ;
  • prend contact avec les autorités au besoin.

Donnée personnelle et donnée sensible

Une donnée personnelle est une information qui permet d’identifier une personne physique. La CNIL définit deux types d’identification : l’identification directe à travers le nom et le prénom, et l’identification indirecte grâce un numéro ou un identifiant. En parallèle, la CNIL considère qu’un traitement de données est effectué quand une manipulation portant sur les données mentionnées est effectuée. Avoir une base de données clients comme un CRM (Customer Relationship Management), collecter des données à partir d’un sondage, ou détenir une base de données fournisseurs en font partie.

Une donnée sensible, quant à elle, est une information à portée potentiellement discriminatoire : religion, handicap, etc.

RGPD : qui est concerné ?

Le RGPD concerne à peu près toutes entreprises privées ou publiques qui collectent ou traitent des données. Les petites et les grandes structures, tous secteurs d’activités confondus, se voient dans l’obligation de se plier à cette obligation dès lors qu’elles opèrent au sein de l’Union européenne. Cette mesure réglementaire vise également les entreprises qui ne sont pas installées sur le sol européen si elles transigent avec des résidents de l’UE.

Les sous-traitants n’échappent pas à ses règles. Afin d’être certain de respecter le RGPD, la CNIL, en collaboration avec le CINOV numérique et la CPME, a développé un outil pour les PME permettant de faire un autodiagnostic.

© Free-Photos – Licence Pixabay

Webmarketing : que faut-il mettre en place pour être en règle avec le RGPD ?

La transparence au cœur de la relation client

Vous l’aurez compris, être en règle avec le RGPD n’est pas optionnel. Il est donc important de le prendre en considération pour que votre stratégie webmarketing soit conforme.

Certains entrepreneurs trouvent ce règlement contraignant et coûteux. Pourtant, il présente certains avantages. En adoptant les comportements préconisés par cet outil législatif, l’organisme public ou privé gagne en transparence. Or la transparence revêt une importance capitale dans la relation client.

Ces dernières années, de grandes enseignes ont été confrontées au vol de données. De fait, le public est de plus en plus sensibilisé à ce type de problème, ce qui les rend plus réticents à partager leurs informations personnelles. En conséquence, les entreprises ont tout intérêt à jouer la carte de la transparence. De cette manière, elles établissent des relations basées sur la confiance. En plus, c’est bon pour votre e-réputation !

Le RGPD pour protéger le consommateur

Le RGPD est particulièrement intéressant pour le consommateur. Grâce aux clauses que le RGPD contient, le consommateur est désormais assuré de rester maître des données qu’il partage, mais aussi de profiter d’un droit à l’oubli. Le RGPD prévoit en fait que les données seront supprimées après un certain délai. Et, elles doivent être utilisées uniquement dans un cadre prédéfini et en accord avec le principal intéressé.

Le RGPD : un atout de la stratégie webmarketing

Ces nouvelles règles donnent l’occasion de personnaliser ses communications avec les clients tout en facilitant le consentement ou le non-consentement des prospects. Dans le cadre du emailing notamment, les spécialistes du marketing et de la communication doivent désormais demander aux prospects leurs centres d’intérêt et se contenter d’envoyer uniquement ce qui leur plait réellement. C’est un gain de temps et potentiellement un gain financier. En ciblant, vous avez plus de chance d’atteindre votre objectif.

© Free-Photos – Licence Pixabay

Le RGPD : mise à jour du marketing automation

Pourquoi ne pas en profiter pour adopter de nouvelles technologies permettant d’intégrer plus facilement la réglementation dans vos campagnes de webmarketing ? Un CRM incluant une fonctionnalité de marketing automation permet en outre de gérer toutes vos communications avec vos clients. C’est aussi une occasion de mettre à jour votre système informatique et d’archivage afin de sécuriser la manipulation des données.

Le RGPD : une manière simple de l’appliquer

Pour être en règle, quelques principes simples doivent être appliqués au sein de l’organisation :

1. La règle du strict minimum

Si vous étiez un adepte du mieux vaut plus que pas assez, il vous faudra faire quelques concessions. Contentez-vous de collecter uniquement ce qui vous sera utile pour atteindre vos objectifs d’affaires.

2. L’expérience client avant tout

Cela vaut pour les données. Simplifiez la vie de vos utilisateurs en leur permettant de donner facilement leur accord ou leur désaccord concernant leurs données et les communications qu’ils souhaitent ou non recevoir.

3. La transparence en toutes circonstances

La transparence est primordiale. Le client doit avoir un droit de regard sur ce que vous ferez avec ses informations personnelles.

4. Pas d’ad vitam aeternam

Les données sont collectées pour des raisons précises et conservées uniquement pendant une durée strictement nécessaire pour offrir le bien ou le service au client. Toute donnée doit faire l’objet d’un archivage ou d’une destruction.

5. Les données : une priorité

Les données doivent devenir une priorité pour votre organisation. Vous devez donc mettre en place des procédures et prendre des dispositions pour assurer un traitement des données efficace et respectueux de vos clients. Les données doivent également être en sécurité au sein ou à l’extérieur de votre établissement.

En résumé, toute organisation a de nombreux avantages à respecter la législation européenne relative au traitement des données, tant pour la relation client que pour l’organisation. Il faut y voir une opportunité pour améliorer son approche client, sa stratégie marketing et ses T.I. Par ailleurs, pour ceux qui ne sont pas encore convaincus, sachez que tout contrevenant au règlement peut se voir imposer une amende salée. Pour vous donner un ordre d’idées, elle peut se chiffrer à quelque 20 millions d’euros ou à 4 % du CA annuel.

 

Visuel d’entête : © Free-Photos – Licence Pixabay

Partager cet article :

Dans la même catégorie

Abonnez-vous à notre newsletter

Demander un devis
Haut de page