Rédaction web : qu’est-ce qu’un chapô et comment bien le rédiger ?

L'équipe hREF
22 avril 2022

Avec son orthographe bien particulière et immédiatement reconnaissable, le chapô est un petit texte placé avant le corps de l’article. Non assimilable à une introduction, sa présence n’est même pas obligatoire : il est tout à fait possible de rédiger un article sans chapô. Pourtant, il constitue en rédaction web un atout majeur. En effet, notre façon de lire en ligne est différente de la lecture sur papier et le chapô, véritable condensé de l’article, concentre les informations essentielles recherchées par le lecteur plus pressé en ligne que sur papier, tout en encourageant la lecture de l’article complet. Placé avant même le corps de l’article, le chapô assure aussi une fonction de référencement importante. Voici les secrets d’un chapô bien construit, optimisé et convaincant !

Qu’est-ce qu’un chapô ?

Le chapô est ce texte court qui suit immédiatement le titre d’un article. Sa rédaction fait partie des réflexes à adopter pour écrire un article de blog. En effet, il joue un rôle important en dépit de sa brièveté, qui pourrait pousser à le négliger. On pourrait même aller jusqu’à dire qu’il s’agit de la partie la plus importante d’un article. En effet, c’est ce que le lecteur lira en premier, et donc ce qui le décidera – ou non – à poursuivre sa lecture jusqu’au bout. Par conséquent, le chapô doit être suffisamment travaillé pour donner envie au visiteur de votre page de se pencher plus longuement sur le sujet que vous abordez.

Le chapô est ce texte court qui suit immédiatement le titre d’un article.
© Ricinator – Licence Pixabay

Or, ce n’est pas là une tâche facile lorsqu’on sait que le temps d’attention en ligne est particulièrement réduit. Le chapô a donc pour but de susciter l’intérêt chez les lecteurs dits « fuyants », ceux qui prennent moins de 10 secondes sur la page pour savoir s’ils vont s’y attarder ou non, ou qui se contentent des grandes lignes.

C’est pourquoi le chapô doit avoir un rôle accrocheur, mais pas seulement. Il doit aussi servir de résumé, afin de contenter les lecteurs qui cherchent une réponse à leur question, mais sans entrer dans les détails. Le chapô assume donc une lourde responsabilité, surtout si on ajoute encore celle du référencement web. En effet, les moteurs de recherche mettent en valeur le début d’un article, puisqu’ils savent très bien que c’est là que se focalise l’attention des lecteurs. Il faut donc que Google comprenne lui aussi précisément de quoi votre article compte parler.

Quels sont les différents types de chapôs ?

En fonction du sujet que vous traitez dans votre contenu pour site web, mais aussi du lectorat que vous avez ou que vous souhaitez capter, le chapô peut prendre plusieurs formes, adopter un ton différent ou mettre l’accent sur un certain type d’information.

le chapô peut prendre plusieurs formes, adopter un ton différent ou mettre l’accent sur un certain type d’information
© freegraphictoday – Licence Unsplash

Le chapô informatif

C’est le type de chapô le plus concret. Il rassemble l’essentiel des informations que le lecteur apprendra en lisant l’article. Pour le rédiger, vous pouvez vous aider de la méthode QQOQCCP, autrement dit écrire en cherchant à répondre à ces 6 questions fondamentales : qui, quoi, où, quand, comment, combien et pourquoi.

Le chapô interrogatif

Ce type de chapô convient particulièrement bien pour introduire une interview par exemple. La forme interrogative peut se révéler particulièrement incitative, permettre de mettre en valeur quelques questions clefs posées durant l’entrevue ou présenter la personne interrogée de manière plus ludique qu’un simple exposé des faits.

L’abstract

Il s’agit simplement de copier un extrait de votre article. Ce n’est pas nécessairement le plus intéressant au niveau du référencement web et il apparaît un peu comme une solution de facilité en termes de rédaction de contenu.

Le rappel

Le chapô de rappel sert à remettre en tête le contexte d’une histoire au lecteur. Il est souvent utilisé dans le cadre des verdicts de procès ou des faits divers à rebondissements. Il permet aux lecteurs qui n’ont pas suivi l’histoire depuis le début de trouver tout de même un intérêt à votre article.

Le chapô incitatif

Ce chapô met tout en œuvre pour donner envie au lecteur de lire l’article en entier. Il maîtrise le suspense et révèle quelques informations sans en dire trop.

Chapô ou introduction ?

Le chapô est souvent confondu avec une introduction, un concept dont chacun est plus familier puisqu’il est présent dès le collège dans les devoirs de français. Mais le chapô est une notion propre au milieu journalistique et à la rédaction web (copywriting).

le chapô est une notion propre au milieu journalistique et à la rédaction web
© Sozavisimost – Licence Pixabay

La différence entre chapô et introduction commence par une question de longueur, influencée par la nature du contenu. L’introduction est naturellement plus longue, car elle :

  • cherche à poser des enjeux ;
  • met en évidence l’articulation entre les différentes parties de l’article ;
  • justifie l’utilité de l’article et sa réflexion.

De son côté, le chapô est beaucoup plus court : il condense au contraire l’article aussi brièvement que possible ou attise la curiosité par quelques phrases bien senties, mais il est capital pour lui de ne pas perdre l’attention du lecteur. Il ne doit surtout pas ennuyer ou perdre le lecteur par trop de complexité, car le visiteur peut quitter la page en un clic. L’introduction est ainsi beaucoup plus fournie que le chapô, qui doit davantage être envisagé comme une accroche contribuant au SEO du site web.

Quelques astuces pour bien rédiger un chapô

Pour que votre chapô remplisse toutes les conditions d’un bon contenu web, il existe heureusement quelques astuces qui vous permettront de partir sur de bonnes bases.

La pyramide inversée

Cette méthode de production de contenu séduira tous ceux qui recherchent une information concrète. En effet, la pyramide inversée consiste à dévoiler les informations de l’article de la plus importante à la plus superflue. Cela implique de bien connaître le contenu de votre article afin de bien pouvoir faire émerger ce que vous y dites en fin de compte de central.

Avec cette méthode, le risque est en effet de vouloir trop en mettre dans son chapô, ce qui le rendrait trop long et rebuterait les internautes en quête d’efficacité et de rapidité. Mais lorsqu’elle est bien appliquée, cette méthode de rédaction de contenu web porte assurément ses fruits ! Le lecteur a en effet trouvé l’information qu’il est venu chercher. Il veut en savoir plus ? Il ne lui reste plus qu’à lire l’article.

La méthode QQOQCCP

C’est une méthode qui a fait ses preuves pour rédiger un chapô informatif. Il s’agit de répondre très succinctement à 6 questions de base :

  • Qui : quels sont les principaux acteurs de votre article ?
  • Quoi : quel est le sujet principal ?
  •  : lieu de l’action (pays, entreprise, village…) ;
  • Quand : temporalité de l’article (actuel, il y a un siècle…) ;
  • Comment : angle par lequel vous comptez aborder votre sujet ;
  • Combien : 4 astuces, 3 conseils, 10 citations… ;
  • Pourquoi : quel est l’intérêt d’aborder ce sujet ?

Voilà de quoi créer un chapô qui reprend toutes les informations majeures ! Naturellement, selon le sujet, la pertinence de certaines questions peut tout à fait être remise en cause.

3 erreurs à éviter lorsqu’on rédige un chapô

Aux astuces permettant de bien rédiger un chapô s’ajoutent les grandes erreurs à éviter afin de compléter la liste des pratiques de rédaction web.

Un chapô n’excède pas les 350 caractères et fait le lien entre le titre de l’article et son contenu
© Geralt- Licence Pixabay

Transformer son chapô en synthèse

La première erreur consiste sans aucun doute à écrire un chapô trop long :

  • vous avez beaucoup de choses à dire ;
  • vous ne parvenez pas à résumer ;
  • vous cherchez à trop mêler informations et caractère ludique ou style.

En général, un chapô n’excède pas les 350 caractères. Allez droit au but, pour ne pas prendre le risque que l’internaute abandonne votre page et fasse partie de la catégorie des « fuyants ».

Mentionner des éléments non abordés dans l’article

Le chapô fait le lien entre le titre de l’article et son contenu. Il doit donc scrupuleusement se concentrer sur le sujet de l’article. Ce n’est pas le moment de faire des effets d’ouverture (à réserver à la rédaction de votre conclusion) ou d’aborder un sujet qui ne reviendra pas dans le corps de l’article. Souvenez-vous que s’il poursuit sa lecture, c’est que l’internaute a envie de creuser la question. Il doit donc trouver dans la suite les détails de ce qui a été annoncé dans le chapô.

Écrire le chapô avant l’article

Certes, le chapô est un texte qui vient avant l’article. Mais par son rôle de résumé ou d’accroche, il gagne à être rédigé à la fin, une fois que vous avez précisément cerné :

  • le sujet de votre article ;
  • ses informations phares ;
  • l’angle adopté pour la rédaction.

En rédigeant le chapô à la fin, vous avez ainsi l’assurance d’avoir toutes les cartes en main pour ne rien oublier, bien cibler et bien rédiger votre chapô.

À lire aussi :

Dans la même catégorie

Abonnez-vous à notre newsletter

Demander un devis
Haut de page