5 bonnes pratiques pour améliorer la mise en forme de vos contenus web

L'équipe hREF
12 août 2022

Avant, il suffisait de publier des contenus web pour générer du trafic et booster ses ventes. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, avec 7,5 millions d’articles de blog publiés en moyenne chaque jour (Websiterating), se démarquer de la concurrence n’est plus une option. Pour cela, il faut proposer des contenus bien écrits, à forte valeur ajoutée, mais aussi efficacement mis en forme. Or c’est (souvent) là que le bât blesse : si vos contenus web ne sont pas lus, peu commentés et/ou peu partagés, s’ils ne poussent pas à la conversion, c’est peut-être parce qu’ils pèchent en matière de lisibilité et que les internautes les délaissent trop vite. Alors, avant de mettre votre prochain texte en ligne, prenez le temps d’optimiser sa mise en forme en appliquant ces quelques bonnes pratiques.

Prenez le temps d’optimiser sa mise en forme en appliquant ces quelques bonnes pratiques.
© AAGraphics – Licence Pixabay

Pourquoi c’est important, la mise en forme des contenus web ?

La mise en forme, vous n’y pensez pas forcément au moment de rédiger vos contenus web. C’est pourtant un levier essentiel de séduction : elle contribue à rendre un contenu plus lisible (en évitant le syndrome du « mur » de texte infranchissable) et plus agréable à l’œil, à faciliter la mémorisation des informations les plus importantes, et à booster les chances de générer des interactions (commentaires, likes, partages, conversions).

À l’heure où l’attention des internautes devient une ressource toujours plus rare – la hausse exponentielle du volume d’information n’y étant pas étrangère –, il est essentiel de garantir à vos cibles une lecture accessible et engageante. C’est une façon de différencier vos publications de celles de la concurrence tout en optimisant le taux de rétention sur votre site internet (et en réduisant, au passage, le taux de rebond).

Enfin, des contenus web plus lisibles améliorent aussi le référencement naturel : les moteurs de recherche les comprennent mieux et évaluent plus efficacement leur pertinence.

Ce travail de mise en forme, préalable à la publication, est donc déterminant !

Comment rendre vos contenus plus lisibles ?

Les bonnes pratiques énoncées ci-dessous sont applicables aussi bien sur un traitement de texte standard (Office ou autre) que sur un CMS (nous prendrons l’exemple de WordPress, mais la plupart des plateformes proposent des fonctionnalités identiques pour la mise en forme des contenus web).

Comment rendre vos contenus plus lisibles ?
© pixelcreatures – Licence Pixabay

1. Pratiquez le « chunking » pour aérer votre contenu

Une bonne mise en forme démarre par un travail sur l’aération du texte : cela permet d’améliorer la lisibilité et d’aider les internautes à mémoriser les informations.

Sur ce point, tout se joue au niveau des paragraphes :

  • Ils doivent être assez courts, idéalement entre 5 et 7 lignes. Si vous dépassez ce seuil, c’est sans doute qu’il est temps de passer au paragraphe suivant. Une technique bien rodée consiste à se focaliser sur une idée par paragraphe.
  • Il faut également bien les espacer : contrairement à une idée reçue, il se trouve que les espaces blancs facilitent la lecture. Sans tomber dans l’extrême (le fait de sauter une ligne entre chaque phrase, comme le font certains copywriters trop zélés), on peut ainsi insérer un saut de ligne pour séparer chaque paragraphe.

Cette pratique porte un nom : le « chunking » : le fait de découper des contenus web en blocs bien aérés, quitte à augmenter la taille des interlignes. Le résultat, ce sont des textes qui occupent un volume plus important sur la page, et qui contraignent les internautes à faire défiler le contenu. Mais pas de panique, car la mode est au « long-scrolling » : les utilisateurs préfèrent scroller pour découvrir des contenus web que de cliquer pour accéder aux pages suivantes.

Pratiquez le "chunking" pour aérer votre contenu
© StockSnap – Licence Pixabay

2. Structurez votre texte avec des sous-titres

Un contenu web lisible est un contenu bien structuré, donc hiérarchisé. Ici, les balises Hn (dédiées aux titres et aux sous-titres) constituent un incontournable levier de mise en forme. L’utilisation de ces balises présente un triple avantage :

  • Elles améliorent la lisibilité en structurant les idées qui composent le texte, ce qui favorise aussi leur mémorisation.
  • Elles apportent les informations essentielles aux internautes : ceux-ci doivent être en mesure de suivre le déroulement du contenu juste en parcourant les intertitres.
  • Elles aident les robots des moteurs de recherche à mieux comprendre la teneur de la page et, ce faisant, facilitent l’indexation (les robots s’appuient énormément sur les balises Hn lors du crawl).

En somme, n’hésitez pas à employer ces balises pour découper vos contenus web en autant de sous-parties que nécessaire, en utilisant les différents niveaux de titres (h2, h3, voire h4 pour les contenus très longs). Cette hiérarchisation vous oblige aussi à limiter la taille de chaque sous-partie, afin d’optimiser sa lisibilité. À ce titre, Yoast SEO (l’extension de référencement naturel la plus populaire sur WordPress) recommande de ne pas dépasser 300 mots par sous-section.

Structurez votre texte avec des sous-titres

Attention, car ces sous-titres ne sont pas cosmétiques. Ils doivent donner des indications quant au sujet abordé dans la section correspondante, apporter de la valeur ajoutée, et dans l’idéal, intégrer des mots-clés (principaux ou secondaires) pour le SEO.

Sur WordPress, le formatage des sous-titres se fait à l’aide du bouton « Paragraphe » : cliquer dessus permet d’afficher un menu déroulant avec les options de titres.

formatage des sous-titres WordPress

3. Insérez des listes à puces

Les listes à puces (ou « bullet points ») sont, en quelque sorte, le Graal de la mise en forme pour les contenus web. Dès lors que vous avez plusieurs items à énumérer, employez cette option de formatage au lieu de rédiger un bloc de texte trop lourd. Par exemple : pour lister des produits ou des services, pour préciser les villes dans lesquelles vous intervenez, pour détailler les fonctionnalités d’un logiciel, pour suggérer plusieurs possibilités, etc.

Ces listes assouplissent le contenu et affichent les informations de manière à ce qu’elles soient plus aisées à retenir. Placées en fin de page, elles servent à résumer les notions les plus importantes ou à recommander d’autres lectures via une série de liens pertinents. Elles peuvent prendre la forme de points ou de chiffres, comme dans l’exemple ci-dessous.

Insérez des listes à puces

4. Mettez l’accent sur les portions importantes de vos contenus web

Dans un texte, il y a toujours des portions – morceaux de phrases, termes spécifiques, chiffres – plus importantes que d’autres, que vous souhaitez que vos lecteurs retiennent en priorité. Une excellente façon de les mettre en avant consiste à utiliser la mise en forme « gras » dans votre traitement de texte ou dans votre CMS.

Ces caractères gras sont utiles pour les internautes, certes, mais aussi pour les moteurs de recherche. À condition d’employer les balises adéquates (<strong> plutôt que <b> pour « bold »), vous pouvez mettre en exergue du contenu à destination des robots crawlers. Avec, à la clé, un bonus SEO.

Mettez l’accent sur les portions importantes de vos contenus web

5. Optimisez votre contenu pour la lecture sur mobile

Vu qu’une majeure partie du trafic internet passe désormais par les appareils mobiles (55,5 % selon Oberlo), il y a de fortes chances pour que vos contenus web soient lus sur des écrans de taille réduite. Leur mise en forme doit tenir compte de cette réalité, dans le but de garantir aux mobinautes une bonne lisibilité des textes sur leur smartphone ou leur tablette.

Les bonnes pratiques énoncées plus haut sont parfaitement adaptées à une lecture sur mobile. Mais comment vérifier le bon affichage de vos textes sur des écrans nomades, alors que vous travaillez depuis un ordinateur ?

Il y a différentes manières de procéder en fonction des outils que vous employez. En voici une qui fonctionne pour Google Chrome : sur votre navigateur, une fois votre contenu ouvert (par exemple après avoir cliqué « Prévisualiser » sur WordPress pour afficher un aperçu de l’article terminé), faites un clic droit et choisissez « Inspecter » pour accéder à la « Vue développeur ». En haut à gauche de la nouvelle fenêtre, cliquez sur le bouton qui représente un smartphone devant une tablette (« Basculer la barre d’outils de l’appareil » ou « Toggle device toolbar » selon la version) afin de visualiser, sur la gauche, votre page comme si elle s’affichait sur un appareil mobile.

Optimisez votre contenu pour la lecture sur mobile

Notez que, sur WordPress, Yoast SEO vous propose de choisir l’affichage des métadonnées : « Résultat mobile » ou « Résultat bureau ».

Pensez toujours à vos lecteurs avant de publier vos contenus web !

Le travail sur la mise en forme de vos contenus web est une excellente façon de montrer à vos lecteurs que vous prêtez attention à leur confort, tout en vous assurant de véhiculer plus efficacement les informations souhaitées et en augmentant vos chances de produire une réaction.

Alors, pensez toujours aux internautes avant de cliquer sur le bouton « Publier » de votre CMS !

A lire aussi :

Dans la même catégorie

Abonnez-vous à notre newsletter

Demander un devis
Haut de page