Comment rédiger un article optimisé pour le SEO ?

Sur la page des résultats des moteurs recherche, le sort d’un article de blog oscille entre le meilleur et le pire. Il peut occuper l’une des premières places (voire une Position Zéro) ou stagner dans les tréfonds de la page 22. Forcément, les performances d’un contenu dépendent beaucoup de son positionnement.

Une meilleure visibilité amène plus de trafic et, par conséquent, plus de notoriété et/ou de conversion… Tandis qu’un contenu invisible ne produira aucun effet. Quels sont les secrets pour placer un texte au sommet de la SERP ? En d’autres termes, comment rédiger un article SEO, optimisé pour les moteurs de recherche ?

Rédiger un contenu optimisé, pourquoi c’est important dans le cadre de votre stratégie marketing ?

Un article SEO est un contenu optimisé pour les moteurs de recherche. Autrement dit, un contenu qui répond aux exigences des moteurs en termes de :

  • qualité ;
  • pertinence ;
  • structure ;
  • mais aussi de choix et d’utilisation des mots-clés.

Pourquoi est-ce important d’optimiser son contenu ? Parce que le but du jeu est de le positionner au plus haut dans les résultats de recherche. Afin de lui donner toutes les chances d’être vu (et lu) par les internautes. Sur ce point, il y a deux choses à savoir.

Bon à savoir

  1. La plupart des pages web ne se positionnent même pas dans le top 100 des résultats de Google. Faute d’avoir été correctement optimisées.
  2. L’essentiel des clics se concentre sur les premiers résultats de la SERP. Plus de 86 % de l’ensemble des clics relatifs à une requête donnée concernent la page 1 des résultats. Et encore plus important : 54,4 % des clics se focalisent sur les trois premiers liens organiques. Cela veut dire que plus de la moitié des internautes, au moment de faire leur choix, ne vont pas plus loin que le 3e lien naturel. À compter de la 2e page de la SERP, les liens deviennent quasiment invisibles.
Sur la page des résultats des moteurs recherche, le sort d’un article de blog oscille entre le meilleur et le pire. Il peut occuper l’une des premières places (voire une Position Zéro) ou stagner dans les tréfonds de la page 22. Forcément, les performances d’un contenu dépendent beaucoup de son positionnement : une meilleure visibilité amène plus de trafic et, par conséquent, plus de notoriété et/ou de conversion… tandis qu’un contenu invisible ne produira aucun effet. Quels sont les secrets pour placer un texte au sommet de la SERP ? En d’autres termes, comment rédiger un article SEO, optimisé pour les moteurs de recherche ?

Rédiger un contenu optimisé, pourquoi c’est important dans le cadre de votre stratégie marketing ?
Un article SEO est un contenu optimisé pour les moteurs de recherche. Autrement dit, un contenu qui répond aux exigences des moteurs en termes de qualité, de pertinence, de structure, mais aussi de choix et d’utilisation des mots-clés.

Pourquoi est-ce important d’optimiser son contenu ? Parce que le but du jeu est de le positionner au plus haut dans les résultats de recherche, afin de lui donner toutes les chances d’être vu (et lu) par les internautes. Sur ce point, il y a deux choses à savoir : 
1.	La plupart des pages web ne se positionnent même pas dans le top 100 des résultats de Google, faute d’avoir été correctement optimisées.
2.	L’essentiel des clics se concentre sur les premiers résultats de la SERP. Plus de 86 % de l’ensemble des clics relatifs à une requête donnée concernent la page 1 des résultats. Plus important encore : 54,4 % des clics se focalisent sur les trois premiers liens organiques. Cela veut dire que plus de la moitié des internautes, au moment de faire leur choix, ne vont pas plus loin que le 3e lien naturel. À compter de la 2e page de la SERP, les liens deviennent quasiment invisibles.

(CLICS SERP)
(Source : Backlinko)

Le référencement naturel revêt donc un fort enjeu de visibilité, mais ce n’est pas le seul. Car il ne suffit pas de générer des clics sur un contenu donné : il faut aussi que celui-ci soit en mesure d’apporter satisfaction aux internautes… qui n’hésiteront pas, sinon, à revenir en arrière et à faire grimper le taux de rebond de la page. De quoi envoyer un bien mauvais signal à Google – le moteur ayant tendance à se dire qu’une page que l’on quitte immédiatement après l’avoir découverte manque de pertinence.

En somme, l’objectif d’un article SEO est double : il doit respecter les exigences des moteurs de recherche tout en apportant de la valeur ajoutée aux utilisateurs. Cela demande d’appliquer un certain nombre de bonnes pratiques que nous allons détailler maintenant.

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour produire un article SEO ?
Comment écrire un bon article SEO, que les algorithmes des moteurs sauront décrypter et que les internautes trouveront à leur goût ? La réponse en 8 points.

IMAGE 2

1. Avoir toujours les lecteurs en tête
Au moment de se lancer dans la rédaction d’un article SEO, il faut garder à l’esprit la raison d’être de Google et des autres moteurs de recherche : fournir aux utilisateurs les meilleures réponses possibles. Sur la base de ce principe, on peut formuler une équation relativement simple : plus un contenu plaît aux internautes, et plus les moteurs ont tendance à le mettre en avant dans les résultats. L’inverse est également vrai.

Ce faisant, un bon article SEO est avant tout un contenu conçu pour apporter de la valeur aux lecteurs, qu’il s’agisse de leur fournir des informations utiles, de répondre aux questions qu’ils se posent, de les aider à solutionner leurs problématiques, ou simplement de les divertir. Dans cette optique, vous devez avoir une idée claire des besoins et des attentes de votre public cible, et pour cela bâtir des buyer persona aussi spécifiques que possible.

2. Dresser une liste des mots-clés pertinents à travailler dans l’article SEO
Les mots-clés sont au cœur des principes d’optimisation du contenu. Il y a deux manières d’aborder cette question : en partant d’une thématique et d’une liste de sujets pour en tirer des mots-clés à travailler ; ou en commençant par chercher des expressions populaires tapées par son public cible, dont on va extraire les sujets appropriés. Les deux méthodes ont leurs avantages.

S’il est relativement aisé d’identifier des mots-clés pertinents au commencement d’une stratégie de content marketing (en substance, il suffit de cibler les termes génériques les plus fréquemment tapés par les internautes, par exemple via une banale recherche sur Google), il devient très vite indispensable, pour aller plus loin, de recourir aux services d’un outil professionnel adapté – comme SEMrush ou Ahrefs. Ces outils fournissent des listes de termes associés à plusieurs indicateurs particulièrement utiles : volume de recherche, taux de clics moyen, coût par clic (pour les campagnes publicitaires), degré de difficulté attendu pour se positionner, etc. Un exemple ci-dessous pour la requête "article SEO". 

(MOT-CLE)
(Source : Ahrefs)

Ces listes revêtent un autre avantage : elles donnent des indications quant aux termes connexes recherchés par les internautes. Ces expressions peuvent être intégrées à l’article SEO en guise de mots-clés secondaires, ou être mises de côté pour produire d’autres contenus en variant les angles de rédaction. 

3. Identifier le champ sémantique autour du sujet traité
Il ne faut pas s’y tromper : bien qu’un article SEO soit construit autour d’un mot-clé principal, celui-ci ne doit surtout pas être traité comme une exception. Au contraire, il doit s’inscrire dans un champ sémantique adapté, susceptible de le mettre en valeur. Pour le dire autrement, l’ensemble du contenu a pour objectif de renforcer la présence du terme principal.

Comment identifier les composantes d’un champ sémantique ? La meilleure solution consiste à dresser une liste de mots-clés connexes, de synonymes et de cooccurrences. Un coup d’œil aux "autres questions posées" dans la SERP de Google apporte quelques idées bienvenues, mais ce sont surtout les outils digitaux dédiés (comme YourTextGuru) qui sont susceptibles de faire toute la différence.

4. Bien structurer son article et placer les mots-clés aux endroits stratégiques
La structure d’un article SEO doit respecter les règles d’écriture du web : de la clarté, de la transparence, et une construction en pyramide inversée qui donne la priorité aux informations essentielles ou générales. Le but étant de rendre le texte aussi compréhensible que possible au premier coup d’œil, à la fois pour les robots d’indexation et pour les lecteurs.

Voici la structure classique d’un article bien optimisé :
•	Un chapô pour présenter le sujet et décliner les questions auxquelles le contenu se propose de répondre.
•	Un texte divisé en sous-parties, elles-mêmes surmontées par une titraille judicieuse (insérée dans une série de balises Hn).
•	Un conclusion qui résume les idées majeures et, dans l’idéal, se termine par une question ouverte (ce qui permet aussi d’orienter les lecteurs vers un autre contenu).
•	Des mots-clés positionnés stratégiquement : le mot-clé principal dans le chapô, dans le corps du texte et dans au moins un titre H2 ; les mots-clés secondaires parsemés dans le contenu et placés dans les niveaux de titres H2 et suivants ; etc. Pour plus d’informations sur le placement des mots-clés dans un article SEO, lisez notre article.

IMAGE 3

N’oubliez pas de créer et remplir les balises <meta> (la title et la meta description) qui s’afficheront dans la SERP sous l’URL de votre page, et d’y caser le mot-clé principal.

5. Adapter la longueur au sujet traité (et à la stratégie SEO)
En référencement naturel, la longueur des contenus est une notion sujette à débat, qu’il faut aborder avec (au minimum) beaucoup de prudence. On considère communément qu’un article SEO ne devrait pas afficher moins de 500 mots, mais la nécessité de produire des contenus beaucoup plus longs n’est pas encore bien ancrée dans les esprits. Pour aller dans le sens d’une "prime à la longueur", il faut signaler les résultats d’une étude HubSpot : celle-ci révèle que la longueur idéale pour un article de blog oscille entre 2 100 et 2 400 mots !

Évidemment, il s’agit d’une moyenne, et beaucoup de contenus bien plus courts se positionnent correctement dans la SERP. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’un article jouit d’une meilleure place dans les résultats parce qu’il combine un ensemble de bonnes pratiques SEO : qualité d’écriture, performances techniques, maillage interne, liens entrants en provenance de domaines d’autorité, etc. Un bon positionnement est l’aboutissement d’une stratégie globale et ne peut en aucun cas s’appuyer exclusivement sur un grand nombre de mots – autrement, il suffirait de publier des articles à rallonge pour manipuler l’algorithme des moteurs.

En outre, le nombre de mots à atteindre doit être fixé en fonction de ce que propose la concurrence. Si vos rivaux directs ont tous des contenus en ligne qui font entre 1 500 et 2 500 mots, il est dans votre intérêt de cibler une moyenne de 2 000 mots pour un article SEO sur le même mot-clé.

6. Mailler l’article avec d’autres pages du site
L’importance du maillage interne en SEO n’est plus à rappeler. Cette technique contribue à booster la popularité des pages récentes en vertu de la transmission d’autorité (ce qu’on appelle le "jus de liens"), mais aussi à faciliter le travail des robots d’indexation qui utilisent les liens hypertextes pour explorer les différentes pages d’un site web. Du côté des internautes, un bon maillage se traduit par une meilleure expérience utilisateur et par des visiteurs qui passent plus de temps sur le site et consultent un plus grand nombre de contenus.

IMAGE 4

Pensez également à insérer, dans votre article SEO, des liens qui renvoient vers des ressources externes aussi pertinentes que légitimes, en donnant la priorité aux sites institutionnels.

7. Ajouter des visuels pour illustrer votre article SEO
Ce n’est pas une nouveauté : les moteurs de recherche apprécient les illustrations dans les contenus, parce qu’ils rendent la lecture plus agréable pour les internautes. De votre point de vue, l’insertion d’images est la promesse de pouvoir référencer votre article SEO dans l’onglet "Images" des moteurs, de manière à ouvrir une porte supplémentaire sur votre page. Enfin, les éléments visuels sont susceptibles d’être partagés sur les réseaux sociaux, ce qui est fort utile dans une démarche de promotion du contenu.

Néanmoins, attention à bien optimiser vos images : 
•	Pensez à les compresser pour ne pas ralentir l’affichage de la page.
•	N’oubliez pas de donner à votre image un nom cohérent : c’est ce qui permet aux robots d’indexation de la "voir" tout en la rendant accessible aux personnes malvoyantes.

8. Optimiser l’URL du contenu
L’URL est trop souvent laissée de côté par les webmasters, au prétexte qu’elle est générée automatiquement par les CMS. Or, l’URL s’affiche dans la SERP aux côtés des autres métadonnées, et à ce titre, elle doit être optimisée exactement de la même manière : faites-la concise et percutante, éliminez les termes inutiles (articles ou conjonctions) et placez-y le mot-clé principal.

Appliquez ces bonnes pratiques pour créer un article SEO bien optimisé à publier sur votre blog professionnel – cela augmentera vos chances de positionner ce contenu au plus haut dans les résultats des moteurs de recherche. Mais attention : ce travail doit s’inscrire dans une stratégie marketing plus globale, déployée sur plusieurs mois et rythmée par la publication régulière de nouveaux contenus. Car, au final, c’est bien votre site web dans son intégralité que les moteurs de recherche prendront en compte pour positionner vos pages ! Et si vous faisiez appel aux services d’une agence éditoriale spécialisée pour mettre au point la stratégie adaptée à votre entreprise ?

(Source : Backlinko)

L’enjeu de la visibilité

Le référencement naturel revêt donc un fort enjeu de visibilité, mais ce n’est pas le seul. Car il ne suffit pas de générer des clics sur un contenu donné. Il faut aussi que celui-ci soit en mesure d’apporter satisfaction aux internautes… Qui n’hésiteront pas, sinon, à revenir en arrière et à faire grimper le taux de rebond de la page. De quoi envoyer un bien mauvais signal à Google. Le moteur ayant tendance à se dire qu’une page que l’on quitte immédiatement après l’avoir découverte manque de pertinence.

En somme, l’objectif d’un article SEO est double. Il doit respecter les exigences des moteurs de recherche tout en apportant de la valeur ajoutée aux utilisateurs. Cela demande d’appliquer un certain nombre de bonnes pratiques que nous allons détailler maintenant.

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour produire un article SEO ?

Comment écrire un bon article SEO, que les algorithmes des moteurs sauront décrypter et que les internautes trouveront à leur goût ? La réponse en 8 points.

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour produire un article SEO ?
© janjf93 – Licence Pixabay

1. Avoir toujours les lecteurs en tête

Au moment de se lancer dans la rédaction d’un article SEO, il faut garder à l’esprit la raison d’être de Google et des autres moteurs de recherche. Fournir aux utilisateurs les meilleures réponses possibles. Sur la base de ce principe, on peut formuler une équation relativement simple. Plus un contenu plaît aux internautes, et plus les moteurs ont tendance à le mettre en avant dans les résultats. L’inverse est également vrai.

Apporter de la valeur aux lecteurs

Ce faisant, un bon article SEO est avant tout un contenu conçu pour apporter de la valeur aux lecteurs, qu’il s’agisse de :

  • leur fournir des informations utiles ;
  • répondre aux questions qu’ils se posent ;
  • les aider à solutionner leurs problématiques ;
  • simplement de les divertir.

Dans cette optique, vous devez avoir une idée claire des besoins et des attentes de votre public cible, et pour cela bâtir des buyer persona aussi spécifiques que possible.

2. Dresser une liste des mots-clés pertinents à travailler dans l’article SEO

Les mots-clés sont au cœur des principes d’optimisation du contenu. Il y a deux manières d’aborder cette question :

  • en partant d’une thématique et d’une liste de sujets pour en tirer des mots-clés à travailler ;
  • ou en commençant par chercher des expressions populaires tapées par son public cible, dont on va extraire les sujets appropriés.

Les deux méthodes ont leurs avantages.

S’il est relativement aisé d’identifier des mots-clés pertinents au commencement d’une stratégie de content marketing. En substance, il suffit de cibler les termes génériques les plus fréquemment tapés par les internautes, par exemple via une banale recherche sur Google.

Des outils dédiés

Il devient très vite indispensable, pour aller plus loin, de recourir aux services d’un outil professionnel adapté – comme SEMrush ou Ahrefs. Ces outils fournissent des listes de termes associés à plusieurs indicateurs particulièrement utiles :

  • volume de recherche ;
  • taux de clics moyen ;
  • coût par clic (pour les campagnes publicitaires) ;
  • degré de difficulté attendu pour se positionner, etc.

Un exemple ci-dessous pour la requête « article SEO ».

Dresser une liste des mots-clés pertinents à travailler dans l’article SEO

(Source : Ahrefs)

Ces listes revêtent un autre avantage ! Elles donnent des indications quant aux termes connexes recherchés par les internautes. Les expressions peuvent être intégrées à l’article SEO en guise de mots-clés secondaires. Ou bien être mises de côté pour produire d’autres contenus en variant les angles de rédaction.

3. Identifier le champ sémantique autour du sujet traité

Il ne faut pas s’y tromper : bien qu’un article SEO soit construit autour d’un mot-clé principal, celui-ci ne doit surtout pas être traité comme une exception. Au contraire, il doit s’inscrire dans un champ sémantique adapté, susceptible de le mettre en valeur. Pour le dire autrement, l’ensemble du contenu a pour objectif de renforcer la présence du terme principal.

Comment identifier les composantes d’un champ sémantique ? La meilleure solution consiste à dresser une liste de mots-clés connexes, de synonymes et de cooccurrences. Un coup d’œil aux « autres questions posées » dans la SERP de Google apporte quelques idées bienvenues. Mais ce sont surtout les outils digitaux dédiés (comme YourTextGuru) qui sont susceptibles de faire toute la différence.

4. Bien structurer son article et placer les mots-clés aux endroits stratégiques

La structure d’un article SEO doit respecter les règles d’écriture du web :

  • clarté ;
  • transparence ;
  • construction en pyramide inversée qui donne la priorité aux informations essentielles ou générales.

Le but étant de rendre le texte aussi compréhensible que possible au premier coup d’œil. À la fois pour les robots d’indexation et pour les lecteurs.

Voici la structure classique d’un article bien optimisé

  • Un chapô pour présenter le sujet et décliner les questions auxquelles le contenu se propose de répondre.
  • Un texte divisé en sous-parties, elles-mêmes surmontées par une titraille judicieuse. Insérée dans une série de balises Hn.
  • Des mots-clés positionnés stratégiquement : le mot-clé principal dans le chapô, dans le corps du texte et dans au moins un titre H2. Les mots-clés secondaires parsemés dans le contenu et placés dans les niveaux de titres H2 et suivants ; etc. Pour plus d’informations sur le placement des mots-clés dans un article SEO, lisez notre article.
  • Et une conclusion qui résume les idées majeures et, dans l’idéal, se termine par une question ouverte. Ce qui permet aussi d’orienter les lecteurs vers un autre contenu.

Bien structurer son article et placer les mots-clés aux endroits stratégiques
© Mohamed_hassan – Licence Pixabay

N’oubliez pas de créer et remplir les balises <meta> (la title et la meta description) qui s’afficheront dans la SERP sous l’URL de votre page, et d’y caser le mot-clé principal.

5. Adapter la longueur au sujet traité (et à la stratégie SEO)

En référencement naturel, la longueur des contenus est une notion sujette à débat, qu’il faut aborder avec (au minimum) beaucoup de prudence. On considère communément qu’un article SEO ne devrait pas afficher moins de 500 mots. Mais la nécessité de produire des contenus beaucoup plus longs n’est pas encore bien ancrée dans les esprits. Pour aller dans le sens d’une « prime à la longueur », il faut signaler les résultats d’une étude HubSpot. Celle-ci révèle que la longueur idéale pour un article de blog oscille entre 2 100 et 2 400 mots !

Un ensemble de bonnes pratiques SEO

Évidemment, il s’agit d’une moyenne. Et beaucoup de contenus bien plus courts se positionnent correctement dans la SERP. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’un article jouit d’une meilleure place dans les résultats parce qu’il combine un ensemble de bonnes pratiques SEO :

  • qualité d’écriture ;
  • performances techniques ;
  • maillage interne ;
  • liens entrants en provenance de domaines d’autorité, etc.

Le succès d’une stratégie globale

Un bon positionnement est l’aboutissement d’une stratégie globale et ne peut en aucun cas s’appuyer exclusivement sur un grand nombre de mots. Autrement, il suffirait de publier des articles à rallonge pour manipuler l’algorithme des moteurs.

En outre, le nombre de mots à atteindre doit être fixé en fonction de ce que propose la concurrence. Si vos rivaux directs ont tous des contenus en ligne qui font entre 1 500 et 2 500 mots… Il est dans votre intérêt de cibler une moyenne de 2 000 mots pour un article SEO sur le même mot-clé.

6. Mailler l’article avec d’autres pages du site

L’importance du maillage interne en SEO n’est plus à rappeler. Cette technique contribue à booster la popularité des pages récentes en vertu de la transmission d’autorité. Ce qu’on appelle le « jus de liens ». Mais aussi à faciliter le travail des robots d’indexation qui utilisent les liens hypertextes pour explorer les différentes pages d’un site web. Du côté des internautes, un bon maillage se traduit par une meilleure expérience utilisateur et par des visiteurs qui passent plus de temps sur le site et consultent un plus grand nombre de contenus.

Mailler l’article avec d’autres pages du site
© WOKANDAPIX – Licence Pixabay

Pensez également à insérer, dans votre article SEO, des liens qui renvoient vers des ressources externes aussi pertinentes que légitimes, en donnant la priorité aux sites institutionnels.

7. Ajouter des visuels pour illustrer votre article SEO

Ce n’est pas une nouveauté : les moteurs de recherche apprécient les illustrations dans les contenus. Parce qu’ils rendent la lecture plus agréable pour les internautes. De votre point de vue, l’insertion d’images est la promesse de pouvoir référencer votre article SEO dans l’onglet « Images » des moteurs. Afin d’ouvrir une porte supplémentaire sur votre page. Enfin, les éléments visuels sont susceptibles d’être partagés sur les réseaux sociaux, ce qui est fort utile dans une démarche de promotion du contenu.

Pensez aux images

Néanmoins, attention à bien optimiser vos images :

  • Pensez à les compresser pour ne pas ralentir l’affichage de la page.
  • N’oubliez pas de donner à votre image un nom cohérent . C’est ce qui permet aux robots d’indexation de la « voir » tout en la rendant accessible aux personnes malvoyantes.

8. Optimiser l’URL du contenu

L’URL est trop souvent laissée de côté par les webmasters, au prétexte qu’elle est générée automatiquement par les CMS. Or, l’URL s’affiche dans la SERP aux côtés des autres métadonnées, et à ce titre, elle doit être optimisée exactement de la même manière. Faites-la concise et percutante, éliminez les termes inutiles (articles ou conjonctions) et placez-y le mot-clé principal.

Pensez à la stratégie marketing

Appliquez ces bonnes pratiques pour créer un article SEO bien optimisé à publier sur votre blog professionnel – cela augmentera vos chances de positionner ce contenu au plus haut dans les résultats des moteurs de recherche. Mais attention ! Ce travail doit s’inscrire dans une stratégie marketing plus globale. Déployée sur plusieurs mois et rythmée par la publication régulière de nouveaux contenus.

Car, au final, c’est bien votre site web dans son intégralité que les moteurs de recherche prendront en compte pour positionner vos pages ! Et si vous faisiez appel aux services d’une agence éditoriale spécialisée pour mettre au point la stratégie adaptée à votre entreprise ?

Des questions ?

E-book gratuit

E-book gratuit

Rédiger du contenu SEO : les pièges à éviter

Découvrez les pièges auxquels vous pourrez être confrontés lors de votre production de contenus SEO et comment les éviter. 

Intéressés par nos services éditoriaux ?

Recevez la newsletter hREF