7 étapes à suivre pour créer votre newsletter

Générer plus de trafic sur son site internet, inciter des clients fidèles et de nouveaux prospects à passer commande… Ce sont les objectifs d’une newsletter même si celle-ci se veut non promotionnelle. La newsletter a l’avantage d’être peu onéreuse par rapport à une campagne sur les grands médias ou au recours à des influenceurs sur les réseaux sociaux. Cependant, elle doit obéir à certaines règles pour avoir un réel impact. Après en avoir rappelé l’intérêt, nous détaillons les 7 étapes clés de la création d’une newsletter.

Pourquoi créer une newsletter ?

Si les entreprises continuent à proposer à leurs clients et prospects une newsletter, c’est qu’elle reste un outil marketing extrêmement puissant. Une arme de plus dans l’arsenal de l’inbound marketing. Outre les campagnes publicitaires classiques, la rédaction de blog, la présence sur les réseaux sociaux… la newsletter est tout simplement une façon de plus d’inviter le client à venir sur son site internet et potentiellement convertir son clic par une commande.

Une newsletter permet de le faire en douceur c’est-à-dire de manière détournée, comme un blog. L’idée consiste en effet à apporter au lecteur des conseils, des informations sur le secteur d’activité de son entreprise. Indirectement ou directement à l’aide d’un Call to action (CTA), le lecteur peut être amené à créer et valider un panier. Et même si la newsletter ne débouche pas sur une vente, elle permet de fidéliser ses clients.

Quelles étapes suivre pour créer votre newsletter ?

1. Définir les objectifs de votre newsletter

Avant même de choisir ses sujets et de rédiger ses articles, il convient de déterminer quels sont les objectifs. Considérez-vous cette newsletter avant tout comme un outil d’informations permettant de créer une communauté autour de votre entreprise ? Ambitionnez-vous plutôt de proposer une newsletter capable de déclencher des ventes le plus rapidement possible ? La posture n’étant pas la même, vos sujets et votre façon de rédiger ne suivront pas la même ligne éditoriale.

© engin akyurt – Licence Unsplash

Il est tout aussi impératif de définir votre cible. Souhaitez-vous toucher le plus de monde possible et booster les inscriptions à votre newsletter ? Préférez-vous porter vos efforts sur vos plus fidèles clients qui seront les plus à même d’être intéressés par votre newsletter ? Là encore, vous ne vous adresserez pas à des amateurs comme à des experts de votre secteur d’activité. D’où l’importance de fixer le cadre d’intervention de votre infolettre.

2. Rédiger votre newsletter

Une fois votre projet de newsletter bien cadré, vous pouvez vous lancer dans la rédaction de vos articles. D’abord, trouvez le bon sujet. Celui qui fera écho auprès de vos clients. Vous devez absolument leur apporter quelque chose d’utile. Il n’est pas question ici de faire la promotion de vos articles ou de votre société. Il s’agit d’informer vos lecteurs des derniers évènements en lien avec votre activité et de proposer des outils pratiques. Vous vendez des instruments de musique en ligne ? Pourquoi ne pas proposer un guide pour entretenir sa guitare, un top 5 des sorties musicales de la semaine et une information insolite sur un musicien célèbre ? Et si vous êtes en mal d’inspiration pour vos sujets, vous pouvez utiliser le marronnier 2022 ! Ce dernier vous permettra, en fonction du calendrier, d’adapter vos sujets à l’actualité, mais aussi d’anticiper vos prochaines publications. L’occasion également de recycler d’anciens contenus d’une année sur l’autre.

Pour toucher un public le plus large possible et lui donner toutes les chances de lire votre newsletter jusqu’au bout, utilisez des phrases courtes et simples. Évitez le jargon technique. On vulgarise donc pour rendre la lecture la plus fluide possible. Et pour donner envie de lire votre news et ainsi atteindre un bon taux d’ouverture, portez une attention toute particulière aux titres. Ils doivent être très engageants, tout en ne faisant pas l’objet de fausses promesses. Votre titre ne peut par exemple pas annoncer comment gagner au loto…

© homajob – Licence Unsplash

3. Mettre en forme votre newsletter

La mise en forme de la newsletter va de pair avec sa rédaction. Car il est inutile d’écrire un article trop long par rapport à la maquette sélectionnée. En outre, si vous ne faites pas appel à une agence de communication éditoriale, il vous sera peut-être difficile de respecter une certaine cohérence entre la newsletter et la charte graphique de votre site internet. Utilisez dans ce cas un modèle simple dans le but de ne pas trop brouiller votre image vis-à-vis de vos clients.

Autre erreur à ne pas commettre : une newsletter remplie de textes. Des photos et/ou visuels doivent, sinon illustrer vos propos, au moins rendre votre newsletter plus attractive et aérée. De même, plutôt qu’un unique et long article, il est préférable de proposer quelques rubriques à la manière d’un mini journal. Chacun pourra piocher et lire en priorité ce qui l’intéresse. Et en indiquant le thème de votre prochaine newsletter, vous pourrez susciter de l’envie et créez de l’attente auprès de votre communauté.

4. Rythmer votre newsletter

La fréquence à laquelle envoyer sa newsletter dépend de plusieurs paramètres. Avant de vous lancer, le rythme de diffusion doit être déterminé. Et il faut pouvoir s’y tenir. Au lancement de la newsletter, on a souvent beaucoup d’idées. Mais gare à l’effet « premier roman ». On a généralement envie de tout dire vite et de partir, de ce fait, sur une fréquence qui n’est pas gérable sur le long terme. On oublie tout de suite les envois quotidiens. Ce serait à la fois trop chronophage et cela risquerait également d’être contre-productif dans le sens où aucun de vos clients ne lira tous les jours vos infolettres.

© 2H Media – Licence Unsplash

Le rythme hebdomadaire peut être utilisé à condition d’être lié à un secteur qui peut nécessiter des newsletters très rapprochées. Il est donc souvent plutôt recommandé de lancer une newsletter mensuelle, voire trimestrielle. Une fréquence qui permet de proposer des rendus de meilleure qualité et qui auront plus de change de générer des leads et des conversions. Mieux vaut, si le besoin s’en fait sentir, accélérer vos diffusions que de les ralentir, ce qui enverrait un mauvais signal à vos clients.

Outre la fréquence, il faut aussi étudier le meilleur moment pour l’envoi de la newsletter. Idéalement, il convient de programmer cet envoi avec une certaine cohérence. Cela peut-être le 1er jour de chaque mois mais selon les mois, la newsletter arrivera la semaine ou le week-end. En fonction de votre activité, il peut être préférable de lancer les envois le premier lundi de chaque mois par exemple. Le jour et même l’heure de diffusion peuvent jouer un rôle prépondérant. En B2B par exemple, mieux vaut éviter un envoi le dimanche ou pendant la nuit. Si votre newsletter est axée autour des sorties du week-end dans votre ville, elle suscitera peut-être plus d’intérêt si elle sort le jeudi ou le vendredi. Si vous avez des difficultés pour affiner votre stratégie, vous pouvez également faire appel à une agence spécialisée dans la production éditoriale.

© startaeteam – Licence Unsplash

5. Convertir les clics de vos lecteurs

Si apporter conseils, informations ou divertissements via votre newsletter permet de fidéliser vos clients, il ne faut pas oublier l’enjeu de votre démarche : développer vos ventes. Et cela n’arrive pas par magie. Un prospect peut lire avec assiduité chacune de vos newsletters mais ne jamais passer commande si vous n’intégrez pas les outils adéquats.

N’hésitez pas utiliser des Call to action(CTA), boutons qui incitent le lecteur à visiter votre site ou à commander tel produit. Imaginons que vous vendiez des menuiseries. Vous pouvez rédiger un article sur les nouvelles règlementations thermiques qui viennent d’entrer en vigueur. Il vous suffit d’évoquer l’intérêt du double vitrage pour glisser un CTA invitant l’internaute à découvrir votre gamme de fenêtres en double vitrage. Attention toutefois à ne pas abuser des CTA. Un lecteur qui recherche des informations ou des actualités sur un domaine pourrait de désabonner de votre newsletter s’il jugeait vos CTA trop agressifs. Précisons d’ailleurs que vous devez laisser la possibilité aux lecteurs de se désabonner. S’il n’y parvient pas facilement, votre image de marque en pâtira.

6. Éviter la direction spam

Créer du contenu éditorial, c’est bien mais il serait dommage que le fruit de tous vos efforts se retrouve directement dans les spams de vos clients et prospects. Tout le monde ne maîtrise pas l’emailing. Si vous vous passez d’une agence de content marketing, vous aurez tout intérêt à utiliser une solution spécialement adaptée à vos besoins. Évitez les messageries classiques au profit de Mailchimp, Sendinblue ou encore Mailjet. Des logiciels qui ne sont pas gratuits mais que vous pourrez rentabiliser.

© John Schnobrich – Licence Unsplash

Par ailleurs, quelques conseils s’imposent pour mettre toutes les chances du côté de votre newsletter. Choisissez un nom d’expéditeur (Léa de Monsite.fr par exemple) et conservez-le pour toutes vos prochaines publications. Respect des normes HTML, personnalisation du message, application d’un ratio texte-images… Autant de bonnes pratiques indispensables pour que votre newsletter soit ouverte. Et parmi les mauvaises, on éviter les copier/coller et les vidéos Flash. Plutôt qu’une newsletter en pièce jointe (potentiellement source de virus) on préfère un lien. Et enfin, on évite d’envoyer sa newsletter en une seule fois à l’ensemble des destinataires. Les fournisseurs d’accès à internet peuvent en effet détecter un envoi massif qui peut se concrétiser par un placement dans les spams.

7. Évaluer votre newsletter

Les solutions logicielles dédiées à la diffusion de newsletter vous fourniront certaines données très utiles pour mesurer l’efficacité de vos publications. Vous bénéficierez du taux d’e-mails lus et d’e-mails qui ont fait l’objet d’un clic. Ces chiffres sont à analyser afin de vérifier que votre newsletter a été reçue et lue. Ils ne suffisent toutefois pas à en évaluer la pertinence. Si vos ventes ne progressent pas et que votre taux de désabonnement est élevé, c’est que votre newsletter n’intéresse pas votre public. Aussi, il faut en tirer les enseignements et apporter des améliorations que ce soit sur le fond et sur la forme. Dans ce cas, faire appel à une agence de création de contenus peut s’avérer intéressant. Une société extérieure spécialisée dans la rédaction d’articles pourra en toute objectivité repérer les points faibles de votre newsletter et vous proposer un contenu plus performant en termes de conversion.

Visuel d’entête : © Brett Jordan – Licence Unsplash

Dans la même catégorie

Abonnez-vous à notre newsletter

Demander un devis
Haut de page