Livre blanc : quelles sont les erreurs à éviter ?

Le livre blanc est un outil marketing prisé par de nombreuses entreprises. Diffusé auprès de potentiels clients, il permet à une marque d’augmenter sa crédibilité en tant qu’expert dans son domaine. Néanmoins, pour atteindre cet objectif, il doit impérativement être bien rédigé et apporter des solutions concrètes aux clients.

La rédaction est un art, d’autant plus quand elle est associée à des actions marketing. Avant de se lancer dans cette aventure, découvrez les erreurs à ne pas commettre si vous rédigez vous-même un livre blanc.

1 – Un livre blanc : quésaco ?

Il s’agit bien de la première question à se poser avant même de penser à écrire un livre blanc. En effet, la première erreur est de se lancer sans savoir de quoi il s’agit. On l’appelle parfois ebook. Quel que soit son nom, ce livre a un objectif précis : valoriser l’entreprise, ses services et son expertise. En d’autres mots, il doit refléter la vision stratégique de l’organisation. La rédaction d’un livre blanc nécessite d’avoir une offre de services bien définie, des objectifs clairs et une parfaite connaissance de sa clientèle. Le livre blanc a pour but de répondre aux besoins des (futurs) clients.

Le livre blanc est utilisé pour positionner l’entreprise en tant que leader dans un domaine d’expertise en particulier. En le lisant, le prospect ne fait pas systématiquement affaire avec l’entreprise. En revanche, si le contenu de l’ebook est pertinent, il n’hésitera pas à faire appel à ses services en cas de besoin. Par ailleurs, ce prospect devient aussi un ambassadeur pour la marque. S’il lit des contenus de qualité, il en parlera autour de lui.

Le but du livre blanc est de positionner l’entreprise en tant que leader dans un domaine d’expertise en particulier.
© thenathanaguirre – Licence Unsplash

2 – Ne pas bien cerner ses objectifs et ses personas de son livre blanc

Lors de la rédaction du livre blanc, il faut suivre un plan, clair et précis. L’ebook sert à atteindre des objectifs marketing et communicationnels. Il faut donc veiller à les lister clairement. Le travail de rédaction est la dernière étape. Il est le résultat d’un cheminement bien ficelé. Les objectifs peuvent être les suivants :

Quels que soient les objectifs, ne jamais les perdre de vue est important pour éviter de s’égarer. De plus, une autre des étapes importantes est de travailler sur les personas. Ce terme désigne les clientèles.

Une entreprise peut avoir des clients aux profils variés. Le rôle d’une équipe marketing ou de communication est donc de créer un profil type pour chaque clientèle. Pour ce faire, ce travail doit être crédible. Donner un prénom, un visage à un persona aide à le personnifier et à se mettre dans la peau de ce personnage lors du travail de rédaction. Il faut s’intéresser à ses traits de caractère, ses habitudes de consommation, etc.

À noter que toute entreprise n’a pas nécessairement des spécialistes marketing en son sein. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à faire appel à une agence spécialisée en rédaction qui offre de l’accompagnement de A à Z pour ce type de projet.

Faire appel à une agence spécialisée en rédaction est indispensable pour réussir son livre blanc
© mkvandergriff- Licence Unsplash

3 – Se lancer sans plan de rédaction

Un livre blanc ne se rédige pas sur un coin de table. Rappelons que c’est un outil de content marketing qui peut être redoutable. Il peut permettre de générer des leads, d’augmenter le taux de conversion et donc, ultimement, d’accroître le chiffre d’affaires. Cela demande de l’investissement de temps et d’argent, mais c’est un mal nécessaire.

Un plan de rédaction comporte à la fois les objectifs marketing du ebook, le thème et les sous-thèmes, les titres de paragraphes, les mots-clés. Plus il est détaillé, plus il est utile. Un chef d’entreprise peut avoir l’idée d’une thématique pour un livre blanc, il n’aura pas pour autant le temps ou les compétences pour le rédiger. Ce plan doit donc être clair et précis pour être certain d’atteindre les objectifs fixés. Il ne faut pas hésiter à demander l’aide de spécialistes pour formuler clairement cette partie essentielle.

4 – Ne pas avoir un contenu solide pour son livre blanc

On ne le répétera jamais assez. Un bon livre blanc est un contenu de qualité. Le mieux est donc de se concentrer uniquement sur ses domaines d’expertise. Nul besoin de s’aventurer sur des chemins inconnus. Une bonne partie des lecteurs ne sont pas néophytes. Ils savent donc reconnaître un expert dans leur domaine. Le fond est très important. Non seulement il est nécessaire de travailler l’argumentaire, mais il est encore plus pertinent de l’accompagner de données et d’autres sources pouvant l’appuyer.

L’infographie est un des outils à exploiter et à intégrer dans un ebook. Ce format permet de donner vie à des données parfois complexes. Il est très prisé par les lecteurs, car il est facile à décoder et permet de comprendre rapidement des concepts pointus. L’image, la photo sont d’autres formats à privilégier dans un livre blanc.

Enfin, le propos se doit d’être clair. Un paragraphe contient une idée. Il n’y a pas de place pour le superflu ou l’approximatif dans un livre blanc. La technique du droit au but est celle à adopter. Faire réviser le document final par plusieurs personnes est aussi vivement conseillé.

Le livre blanc doit impérativement être bien rédigé et apporter des solutions concrètes aux clients
© burst- Licence Unsplash

5 – Vouloir faire des économies

Pour économiser, certaines entreprises font le choix de rédiger le livre blanc en interne. Pourtant, si elle n’a aucun rédacteur en son sein, c’est une erreur qui peut être lourde de conséquences. Et, ce n’est pas une réelle économie. Demander de rédiger à quelqu’un qui n’en a pas l’habitude est un mauvais calcul. Cela requiert du temps qui ne sera pas investi dans une autre tâche. Le résultat ne sera pas forcément à la hauteur des attentes.

Il est souvent plus judicieux de faire appel à une agence éditoriale. Une équipe de réaction est composée de nombreux spécialistes qui peuvent accompagner une entreprise dans l’élaboration du plan de réaction, la définition des objectifs et des personas, la rédaction, sans oublier la diffusion du ebook.

6 – Autres erreurs à ne pas commettre pour son livre blanc

La liste des erreurs à éviter est longue. Le livre blanc comporte des spécificités. Dans sa construction, il y a des incontournables, notamment le Call To Action (CTA). Il doit impérativement avoir un CTA qui invite les lecteurs à passer à l’action. La plupart du temps, ce document permet aussi d’augmenter sa base de données clients. Il est obtenu en échange des coordonnées du prospect. Donc, il ne faut ni oublier le CTA ni le formulaire pour recueillir les données.

Une autre erreur souvent commise par les rédacteurs de livre blanc est d’utiliser un langage trop technique. Pour montrer que l’entreprise est experte, il ne faut pas employer de jargon incompréhensible, mais plutôt opter pour une langue accessible et vulgarisée. Dans le même ordre d’idées, il faut éviter d’être narcissique et redondant. Parler de soi et de ses services est important, mais il faut aussi mentionner le monde dans lequel l’entreprise évolue.

La forme du document est presque aussi importante que le fond. Un infographiste peut faire un travail extraordinaire à ce niveau. Encore une fois, c’est un investissement rentable. Le livre blanc doit être attrayant. À sa vue, on doit avoir envie de lire son contenu. Évidemment, le document doit être en phase avec la charte graphique de l’organisation.

Enfin, dernière erreur, mais pas des moindres, une fois le livre blanc rédigé, il ne faut surtout pas oublier de le diffuser. Les réseaux sociaux, le site et les autres canaux de l’organisation doivent être mis à contribution. Créer une landing page pour en faire la promotion est indispensable. Si vous collaborez avec une agence de communication digitale, elle peut aussi vous aider à bâtir une stratégie de contenu efficace qui inclut la diffusion. Bonne rédaction !

A lire aussi :

Dans la même catégorie

Abonnez-vous à notre newsletter

Demander un devis
Haut de page