Les clés pour créer des CTA performants (et pousser vos prospects à la conversion)

Vous ambitionnez de faire de votre site web autre chose qu’une sympathique vitrine digitale ? Vous souhaitez l’utiliser pour pousser les internautes à la conversion – comprendre : les inciter à réaliser des actions spécifiques, en fonction de vos objectifs commerciaux – et ainsi générer plus de chiffre d’affaires ? Pour cela, il faut vous appuyer sur l’un des piliers du webmarketing : le bouton call-to-action, qui est littéralement un bouton d’appel à l’action destiné à l’internaute. Le CTA, c’est ce petit coup de pouce capable de faire d’un contenu inerte une véritable machine à convertir… à condition de savoir comment le rendre plus performant ! C’est ce que nous allons découvrir en 13 astuces.

Le bouton call-to-action (CTA) est conçu pour inciter un internaute à réaliser une action spécifique
© geralt – Licence Pixabay

1. Faites de votre CTA un bouton cliquable

C’est sans doute une évidence, mais elle mérite d’être rappelée : un bouton CTA doit permettre à l’internaute de cliquer dessus. Il doit, par ce biais, pouvoir rejoindre une landing page dédiée sur laquelle il trouvera un formulaire à remplir, un produit/service à acheter, un document à télécharger, etc. Cette consigne est à prendre au sens large : vous pouvez, par exemple, créer un simple bouton illustré par un verbe d’action, et utiliser un encadré séparé pour faire votre promesse.

2. Adoptez un design impactant pour votre bouton call-to-action

Un bouton call-to-action doit être rendu visible, afin d’attirer le regard des utilisateurs et de leur faire comprendre d’emblée qu’ils sont invités à cliquer dessus. Pour cela, vous avez intérêt à adopter un design impactant : bordure découpée, fond teinté d’une couleur vive capable de contraster avec celle de la page, application d’une police d’écriture différenciante, intégration de flèches qui orientent vers le bouton… Toutes les astuces sont bonnes pour capter l’attention !

3. Proposez un message clair et précis

Le propre d’un CTA, c’est d’être clair, net, précis : il doit spécifier l’action à réaliser de manière explicite, sans ambiguïté, de façon à répondre avec un maximum de simplicité à l’interrogation de votre internaute – que se passe-t-il si je clique sur ce bouton ? Les effets de surprise, les mystères et les nuances ne sont pas les bienvenus ici. Non pas « Cliquez ici et vous allez voir ce que vous allez voir », mais une phrase courte faisant la part belle à un verbe d’action soulignant un but concret : « Téléchargez notre guide », « Achetez notre formation », « Ajoutez ce produit au panier », « Abonnez-vous à la newsletter« , « Demandez un essai gratuit », etc. Gardez en tête qu’il faut pousser votre contact vers la prochaine étape, ce qui suppose de lui offrir quelque chose de tangible.

Utilisez un message clair et précis dans le libellé de votre CTA
© ar130405 – Licence Pixabay

4. Faites court (quelques mots suffisent)

Un CTA est d’autant plus efficace qu’il est court. Il faut aller droit au but, en aussi peu de mots que possible. Il faut, aussi, cibler une action bien spécifiqueune action, pas deux, pas trois. Évitez à tout prix de multiplier les propositions, ce qui aurait pour effet de perdre votre internaute, et réduisez au maximum la quantité de mots employés pour dire ce que vous avez à dire… Quitte à placer un cadre près de votre CTA pour apporter des précisions et lever les freins potentiels à la conversion. Comme dans l’exemple ci-dessous, dont le bouton call-to-action est on ne peut plus clair : « Commander ».

Le texte du CTA doit être court avec un verbe unique
© magazine Welcome to the jungle

5. Faites une promesse aux internautes (mais une promesse que vous pourrez tenir)

Un bouton CTA est une invitation à aller plus loin. C’est aussi une promesse faite à l’internaute : celle d’obtenir quelque chose qui l’intéresse, de bénéfique et d’avantageux. Si l’on considère l’interaction comme un investissement de la part du visiteur, il est indispensable que le retour sur cet investissement soit perceptible d’emblée. Demandez-vous la chose suivante : quelle est la valeur ajoutée de votre proposition ? Qu’est-ce que votre prospect gagnera à cliquer sur ce bouton ? Dans l’exemple ci-dessous, la promesse est aussi simple qu’explicite : il s’agit de tester gratuitement une solution dont les atouts ont été soulignés plus haut.

6. Créez un sentiment d’urgence

Les internautes sont sensibles aux notions d’urgence et d’exclusivité. C’est pourquoi les CTA proposant des offres limitées dans le temps, des services uniques en leur genre ou des produits dont le stock est réduit, sont généralement d’une efficacité redoutable. Les termes comme « aujourd’hui », « maintenant », « sans attendre » ont tendance à générer des clics en pagaille, surtout lorsqu’il s’agit d’accéder à des produits ou à des services. Pour une raison simple : cette urgence donne aux prospects une raison de se lancer tout de suite, plutôt que d’attendre et de risquer de passer à côté d’une belle offre.

7. Personnalisez votre CTA en fonction de votre cible

Une bonne façon de convaincre votre prospect de cliquer sur le bouton, c’est de personnaliser votre CTA en fonction de ses goûts, de ses besoins, de ses attentes, de sa maturité, de ses centres d’intérêt, etc. L’idée étant d’identifier le bon message à destination du bon persona. Une forme de personnalisation, très facile à appliquer et particulièrement efficace en matière de conversion, consiste par exemple à rédiger un call-to-action à la première personne : « j’achète » est ainsi plus probant que « acheter », parce que la formule implique directement l’utilisateur.

8. Choisissez avec soin l’emplacement de chaque CTA

L’emplacement d’un CTA sur la page influe sur sa visibilité, mais aussi sur le désir du prospect de cliquer dessus en fonction de la maturité gagnée au fil de la consultation. Sur ce point, il y a plusieurs écoles. On peut le positionner…

  • au-dessus de la ligne de flottaison (la partie de la page qui s’affiche sans avoir besoin de scroller),
  • en fin de page (afin d’orienter l’internaute une fois le contenu consommé),
  • ou au milieu du contenu (pour capter l’internaute à chaud, lorsqu’il a effectué entre 50 et 70 % de la lecture – ou du visionnage, s’il s’agit d’une vidéo).
© kreatikar – Licence Pixabay

9. Placez plusieurs CTA sur la même page

On peut aussi placer plusieurs boutons sur une même page. D’aucuns trouvent cette technique risquée, car trop intrusive ; mais c’est aussi une bonne manière de travailler au corps un prospect encore indécis, notamment avec des CTA proposant des actions différentes. Ainsi, si l’utilisateur a passé le bouton « télécharger » sans broncher, il sera peut-être plus sensible à la possibilité de « contacter » l’entreprise pour en savoir plus. De quoi offrir une alternative à un visiteur qui n’est pas encore mûr pour la conversion.

Plusieurs CTA permettent de travailler les prospects indécis, avec plusieurs approches

10. Placez des CTA sur les différentes pages de votre site

Pour finir avec la question du placement des CTA, il est important, également, d’en positionner plusieurs sur des pages différentes du même site, afin d’atteindre les visiteurs à des stades distincts de leur parcours. Par exemple, en plaçant un bouton dans un article de blog invitant à télécharger un livre blanc, à l’entrée du tunnel de conversion ; puis, en envoyant un email quelques jours plus tard qui intègre un CTA offrant une démonstration du produit, alors que le prospect se trouve en phase de comparaison ; etc.

11. Créez des CTA adaptés aux mobiles

En 2021, le trafic mobile représentait 55 % du trafic web total (Oberlo). Pour tenir compte de cette réalité, il est indispensable de créer des CTA adaptés aux mobiles. C’est-à-dire faire en sorte qu’ils s’affichent correctement en fonction des différents écrans, et qu’ils soient bel et bien cliquables. Des tests de vérification seront les bienvenus !

12. Associez votre CTA à une landing page pertinente

Le clic sur le CTA n’est qu’une étape du parcours de l’internaute, et s’inscrit dans un tunnel de conversion plus global. Il est donc nécessaire d’avoir en tête ce qui suit, en l’occurrence : la landing page sur laquelle l’utilisateur va tomber une fois qu’il aura cliqué sur le bouton call-to-action. Celle-ci se doit d’être cohérente par rapport à la promesse faite dans le texte du bouton. Elle doit aussi apporter des informations plus complètes et détaillées, et bien sûr, donner les moyens de réaliser l’action désirée (notamment en plaçant un formulaire).

La landing page suivant le CTA doit être cohérente et apporter des informations complètes et détaillées
© Dropbox

13. Testez vos boutons CTA (pour sélectionner les meilleurs) 

La meilleure façon de s’assurer de l’efficacité d’un CTA, c’est encore d’en mettre plusieurs versions en compétition. C’est ce qu’on appelle le test A/B : une pratique qui permet de comparer les performances de deux versions d’un même contenu, en changeant les couleurs, les formats, les messages ou encore les emplacements. Ces deux versions seront présentées alternativement à vos internautes, qui cliqueront dessus ou pas : ce qui vous conduira à collecter de précieuses informations quant à leur efficacité, et à choisir la version la plus performante.

© kreatikar – Licence Pixabay

Le CTA est un incontournable pilier de toute stratégie marketing en ligne, notamment dans une démarche inbound et dans une optique de CRO (optimisation du taux de conversion). Suivez nos conseils pour les rendre plus performants !

À lire aussi :

Dans la même catégorie

Abonnez-vous à notre newsletter

Demander un devis
Haut de page